Un petit mot d'introduction...

3m90 de longueur, une surface de voile de 6m50, passée à 7,4 m² avec les grééments "B", un statut olympique le temps de deux olympiades...ce sont les planches à voile "Division 2"! Mistral M1, Bic Hervé Borde, Dobbelman 1,2,3, Lechner, Crit 650 et D2, Reix Compétition et Super Pro 84, Jaguar, California CD1, Océanite compétition, King Cobra, Sailboard race, Fountaine Pajot VMG, TC Win, Tornado 39 Division2, Alpha Pro régatta, Jet J3, Croconuts.... Voilà quelques unes de ces planches à voile qui ont sillonné les plans d'eau, essentiellement européens, de 1980 à 1992.

Des planches au volume de plus en plus important, allant jusqu'à plus de 400 litres! Du volume, pour des planches taillées pour le près...et délicates au portant! Toutes les planches présentées ici sont navigantes, avec des grééments d'époque (en 6,50, 6,8m² ou gréément B de 7,40m²).

18 planches, c'est ce dont je dispose aujourd'hui (nombre en forte diminution par rapport il y a quelques années!). C'est le résultat de quinze années de "collecte" progressive de ce type de planches à voile (depuis 2000 : 55 planches passées entre mes mains dont 14 non navigables bonnes pour la déchetterie puis réparées, et seulement 9 qui n'ont nécessité aucune réparation), mais en faisant un tri. J'ai limité pour l'instant mon choix aux planches creuses et shapées : ce sont les plus fiables, à mon avis, en matière de construction, avec le stratifié le plus "stable", les plus facile à réparer (j'ai de très mauvais souvenirs de délaminage sur une Reix Super Pro, impossible à réparer, tant la planche était sensible aux changements de température), avec cependant une exception :

-...la planche qui m'a suivi depuis le début : la Schuss.

C'est pourquoi, malgré les occasions qui se sont présentées, pas, pour l'instant, d'Océanite Compétition, de Jeanneau Turbo, etc... dans cette "collection".

Cela ne prétend pas à l'exhaustivité : il m'en manque encore beaucoup (je n'ai pas de proto Quéré, de Tiga Race à rail, de Mares, les Lechner L2 ou L3, les Miribel, les Ligier...), mais peut-être que ces planches se présenteront un jour!

J'ai des gréements en 6,5, 6,8 ou 7,4m² pour naviguer, que ce soient des voiles en dacron, Mylar-Kevlar, Mylar-Kevlar-Dacron ou monofilm, mais pas assez pour équiper toutes les planches!

En tout cas, tout ce petit monde est chouchouté et je vous mets au défi de trouver d'autres planches faisant l'objet d'autant de soins!

Ce site n'a qu'une ambition : être un lieu d'échanges entre passionnés des planches de cette époque!

Au sommaire également, des articles sur les championnats, des essais de planches... Ne pas oublier, quand vous serez en bas de page, de cliquer que "messages plus anciens" pour découvrir la suite des messages!

mercredi 18 août 2010

Mistral M1

La planche de référence du tout début des années 80, détrônée à partir de 1982 par la Crit D2, entre autres.

Planche de référence aussi par son prix : 12800 francs à l'époque...la plus chère du marché! Fournie avec son mât Proctor et sa voile Gaastra, ainsi qu'une dérive en samba-époxy.

Planche de référence enfin...par son rapport prix/qualité de la construction : piètre rapport! Construite en Thaïlande, elle souffrait d'une finition très moyenne et d'une grande fragilité.

Bon, ceci dit, cela reste quand même une bien belle planche, dont l'évocation nous fait irrémédiablement penser à Karl Messmer ou Marie-Annick Maus, deux des coureurs de chez Mistral à l'époque.

Cette planche, je l'ai récupérée alors qu'elle avait passé "un certain temps" dans un jardin : mousse à l'intérieur, planche ouverte à l'avant bâbord sur 1m20, tableau arrière troué aux deux coins, un trou près du puits de dérive... Un gros chantier de remise en état (le premier). Tout le joint a été refait, notamment. Pour finir, la planche est remise dans son état d'origine, avec les décorations (autocollants) refaites, et l'aileron "de requin" bien souple comme il faut...Il ne me manque plus qu'une dérive d'origine (je navigue avec une dérive adaptée) : si vous en avez une...pensez à moi, je suis preneur!




Ceci dit, chaque navigation revient à se poser la même question : mais par où peut-elle bien prendre l'eau? La question est toujours suivie d'une séance de séchage. C'est cela l'intérêt de la M1 : elle occupe l'esprit.



Vous pouvez voir l'essai de la Mistral M1 à la page "Essais planches à voile open Division 2" de ce blog, essai issu d'une revue à tirage (très) limité, la revue "Wishbone", puisque seuls deux n° semblent être parus!

7 commentaires:

  1. merveilleuse planche! je l'ai adorée!!!

    RépondreSupprimer
  2. Oui elle a ouvert l'aire des planches modernes et détronée les Tornados sans vergogne.

    RépondreSupprimer
  3. la mienne est toujours en bon état il est vrai que j'ai fait des ouvertures pour chaque fois sécher l'intérieur. J'ai une dérive Lechner en samba epoxy qui a coûté une petite fortune car venant d'Autriche.

    RépondreSupprimer
  4. I'm sorry, I don't know the French language. I'm searching for a mistrial m1 div 2 like in the picture. can I buy this board?

    RépondreSupprimer
  5. I'm sorry, I don't know the French language. I'm searching for this board. Are you selling this board or do you know where I can buy a board like this?

    RépondreSupprimer
  6. Hello Michel, this board has been sold one or two years ago. The best way to find a board like this one is to look at the adverts..I know someone in Brttany who sold one (I think it's still for sale), but there is work to do on the board

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Michel…

    J'ai trouvé une Mistral M1, aux état mauvais. Pour réparer la planche , vous recommandez polyester ou epoxy?
    Aloha, Vincent

    RépondreSupprimer